30/11/2005

Madame Arthur

Cette chanson est créée en 1892 par Yvette Guilbert, qui poursuivit une carrière pendant 40 ans. Ayant d'abord immortalisé sa voix sur des cylindres, elle suivit l'évolution de la technique jusqu'au disque.
Madame Arthur est une femme, qui fit parler d'elle longtemps...
elle eut une foule d'amant.
La  chanson traite de façon très humoristique la vie de ce qu'on pouvait appeler alors, pudiquement, une femme légère.

08:18 Écrit par vjanos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/11/2005

Gaetano Donizetti (1797-1848)

Le cinquième d'une famille pauvre de six enfants, rien ne le prédisposait pour la musique, il n'y avait pas de précédents dans la famille ; cependant, ils seront trois musiciens de la même famille
Donizetti va composer durant sa vie 72 operas dont quelques uns seulement connaissent encore la notoriété : Lucie de lamermoor, Don Pasquale, Elixir d'amour, la fille du régiment. Pourtant d'autres de ses oeuvres mériteraient encore de figurer à l'affiche :Lucrèce Borgia, le duc d'Albe...à redécouvrir

08:16 Écrit par vjanos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/11/2005

Lily

On la trouvait plutôt jolie, Lily
Elle arrivait des somalies, Lily
Dans un wagon plein d'émigrés,
Qui venaient tous de leur plein gré
Vider les poubelles à Paris
 
C'est certainement une des chansons de Pierre Perret que je préfère. C'est une façon de lutter inteligemment contre le racisme. Et dans son répertoire, il en est d'autres de cette veine : la petite Kurde, la bête est revenue. Pierre Perret chante vrai. On dit en général d'un chanteur, qu'il chante juste ; mais Perret n'écrit pas pour écrire : ces chansons ont du sens. Je trouve que même ses chansons les plus "légères" donnent à réfléchir. Pour moi, des hommes comme lui et Brassens ont marqué leur époque et laissé un message qui dure. Car on écoute encore Brassens après toutes les années qu'il a disparu. On étudie Brassens et Perret à l'école, ce sont des vrais morceaux d'anthologie
 

09:28 Écrit par vjanos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/11/2005

Comme ils disent

J'ai toujours été un fan de Charles Aznavour. Je me souviens avoir reçu le seul disque 16 tours que j'ai jamais possédé. Les 16 tours n'avaient pas la qualité des 33 et 45 tours ; ils n'ont donc pas fait fureur.
Pour en venir à la chanson dont le titre est "Comme ils disent". Je pense que c'était courageux, que dans cette chanson Charles Aznavour prend la défense des gays. C'est courageux à plus d'un titre. On aurait pu lui mettre une étiquette ; les associations pour la défense des milieux gays, n'avaient pas la visibilité d'aujourd'hui. Et les "casseurs de PD" ont toujours existé : Aznavour aurait pu prendre des coups. La chanson est belle dans sa musique comme dans ses paroles

08:04 Écrit par vjanos | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

26/11/2005

Pigalle

Voilà un titre évocateur. Ce ne sont point les petites femmes de Pigalle de Serge Lama.  C'est une chanson de Georges Ullmer, qui décrit la vie de Pigalle, mais pas seulement du Pigalle de nuit. Il y a des clichés qui ont la vie dure. Pour beaucoup c'est comme si Pigalle n'exitait pas en dehors de ses boîtes de nuit et de ses prostituées.                                                                Soit dit en passant, j'ai quand même été étonné de ce que dans son émission de jeudi soir, l'animateur Cauwet a semblé tomber des nues quand un participant à son émission a parlé de Georges Ullmer, dont une des chansons superbe évoque son Danemark natal : "Les filles de Copenhague"

07:58 Écrit par vjanos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/11/2005

Anton Dovrak (1841-1904)

Compositeur tchèque. Son père, cabaretier, nourrissait de drôles d'ambitions pour lui. Il voulait en faire un...boucher. La profession n'en est pas moins honorable ; mais, il ne serait certainement pas aussi connu. Il est vrai que c'est sa dernière oeuvre majeure qui vient à l'esprit lorsque son nom est invoqué : "La symphonie du Nouveau Monde qu'il écrivit parce qu'impressionné par cette Amérique du 19ème siècle qui l'éblouit.

08:46 Écrit par vjanos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/11/2005

Frou-Frou

La femme ayant l'air d'un garçon, ne fut jamais très attrayante
C'est le frou-frou de son jupon qui la rend surtout exitante
 
Et dire que ce texte date de 1908. Chanté à l'époque par une chanteuse du nom de Lucille. Cette chanson fut reprise avec succès par bien des interprètes. Composée pendan cette période qu'on a appelée "la Belle Epoque". Est-ce parce que la France se trouvait dans l'insouciance de l'entre-deux-guerres, celle de 1870 et la prem!re guerre mondiale, qui aurait dû être la dernière (du moins c'est ce que pensaient les optimistes, qui avaient trop valsé à la belle époque). Il est vrai que ces airs entraînant incitaient certainement à l'optimisme. Mais les paroles diraient certains, ne sont-elles pas un peu "macho" ; peut-être à l'époque où les mouvements féministes voyaient le jour. Au moment où la femme commençait à s'émanciper...cette chanso n'était-elle pas une tentative masculines de redéfinir ce qu'un homme attendait d'une femme ?

07:49 Écrit par vjanos | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |